• publié le 7 juin 2018
A la découverte de la Cité des Jeunes ou la spécificité d’une association : les séjours d’été.

 

Qu’est-ce que la Cité des Jeunes ?

 

Depuis 1928, la Cité des Jeunes propose des séjours pendant l’été pour des jeunes de 6 à 17 ans.

Le Père Fillère, fondateur de cette association avait axé sa pédagogie sur l’importance du jeu, des grands jeux bibliques ou historiques, l’importance d’une belle liturgie et notamment des chants.

Aujourd’hui, l’esprit demeure mais s’est adapté aux temps actuels.

Environ 150 jeunes partent chaque été en camp. Ils sont accueillis par tranche d’âge : les 6/9 ans, les 9/11 ans, les 12/14 ans et les 15/17 ans.

Les plus jeunes, de 6 à 9 ans, partent une dizaine de jours pour un séjour dans une maison agréée (style Maison Familiale Rurale) qui correspond à l’esprit souhaité par l’association. Ils ne sont qu’une vingtaine d’enfants pour conserver un caractère familial au séjour. Le matin, les enfants ont des activités tournées vers l’expression, l’après-midi, ce sont des grands jeux qui leur sont proposés.

Les 9/11 ans partent pour un séjour de 3 semaines, encore dans le confort d’une maison, mais le groupe, plus nombreux,  est composé de 40 enfants.

Pour les 12/14 ans et les 15/17 ans  des camps itinérants sont proposés et environ 80 jeunes partent sur les chemins des régions françaises. Pour eux, davantage d’aventure, un service ou un chantier, de la randonnée, des activités sportives sont au programme des 3 semaines.

Avec ou sans instrument, les journées sont rythmées par les chants, comme le souhaitait le fondateur (à l’occasion de la prière, des randonnées, du bénédicité, des jeux…).

Les camps affichent souvent complets rapidement notamment pour enfants entre 9 et 14 ans, ce qui démontre l’intérêt des jeunes.

 

Quelle est la spécificité d’un camp  Cité des Jeunes ?

Les préparatifs commencent un an plus tôt.

Dès le mois de septembre, à l’occasion de la journée « retour des camps » se tient l’Assemblée Générale de l’Association. Tous les participants sont sollicités pour choisir le thème spirituel de l’année à venir et des camps.

Chaque directeur construit son camp et son projet pédagogique avec une grande autonomie. Le conseil (notamment les anciens directeurs) valide son projet et peut l’aider.

Chaque camp débute par « l’assemblée générale des jeunes ». Le projet de camp tant pédagogique que spirituel est exposé par le directeur. Chaque jeune peut à cette occasion, individuellement ou en équipe, s’exprimer sur ce qu’il souhaite vivre. Le projet de camp ainsi défini est une ligne directrice tracée par tous qui reste une référence constante du séjour. Chacun devient de cette façon un artisan de la réussite du camp qui se vit en petites équipes. La construction du projet de camp par la participation de chacun des membres permet ainsi de fédérer tous les jeunes et de les rendre acteurs.

Dernière innovation en date : Directeurs et animateurs, constatant que le téléphone portable prenait une place de plus en plus importante pendant les temps libres, ont décidé de proposer cet été des camps « reconnectés » c’est-à-dire des camps sans téléphone. L’idée est d’offrir aux enfants la possibilité de « se reconnecter » avec les autres et avec eux-mêmes !

C’est cet esprit « Cité des Jeunes » qui  fait revenir un grand nombre d’enfants ou d’animateurs  chaque année. Ils sont originaires pour moitié de Paris et sa région et pour une autre moitié du reste de la France.

Les animateurs de la Cité des Jeunes

Les animateurs des camps sont pour la majorité des jeunes qui ont été auparavant des enfants participant aux camps. Ils ont envie de transmettre ce qu’ils ont reçu. Ils sont très impliqués  et ils participent tout au long de l’année à plusieurs temps de formation et en particulier des weekends :

  • des formations spécifiques assurées par des intervenants extérieurs
  • des formations spirituelles prises en charge par des adultes de l’association sur le thème de l’année
  • une retraite à Taizé à Pâques.
  • des formations Bafa ou Bafd prises en charge financièrement par l’association

Une trentaine d’animateurs ainsi que des bénévoles en charge de l’intendance participent chaque année à l’encadrement des 150 enfants. L’association n’a pas de problème particulier de recrutement d’animateurs, ce qui est rare de nos jours. En revanche, les postes de direction sont plus difficiles à pourvoir, compte-tenu de l’implication demandée.

 

Fin juillet 2018, la Cité des Jeunes fêtera ses 90 ans dans les Deux Sèvres.

Pour célébrer cet anniversaire, la formule d’un grand weekend end a été retenue, qui regroupera les jeunes des 4 camps, les animateurs, les parents, les anciens, soit plus de 300 personnes déjà inscrites. Ateliers, spectacle, table ronde, messe, grands jeux seront au programme de ces journées.

Au-delà d’un rassemblement festif, ce week-end doit permettre à travers des ateliers de faire le bilan, de réfléchir à l’avenir, et aussi de prier et de rendre grâce.

Le week-end se terminera par une grande soirée pop louange avec envoi en mission.

La Cité des Jeunes accueille tous les enfants, quels que soient leurs moyens. Une caisse de solidarité et le partenariat avec la Fondation Notre Dame permettent de subventionner quelques familles. Nous avons été heureux d’accueillir un réfugié chrétien de Syrie en 2017. Et cet anniversaire des 90 ans sera aussi l’occasion de chercher à aller plus loin, pour davantage d’ouverture sociale et d’accueil de plus nombreux enfants porteurs de handicap.

Vaste chantier à entreprendre qui a déjà commencé par l’élaboration d’un nouveau logo très vivant et très coloré et du nouveau site internet lancé en janvier 2018 plus riche et plus vivant

Bon anniversaire à la Cité des Jeunes !

J’y vais, j’y vais pas ?

Une aide à la décision

J’hésite…

J’y vais pas si j’ai la flemme de bouger.

J’y vais si je veux être le héros d’une aventure inoubliable.

J’y vais pas si je veux passer mes vacances à m’abrutir devant la télé.

J’y vais si j’ai envie de bouger, de courir, de nager, de taper dans un ballon.

J’y vais pas si mon grand plaisir dans la vie c’est que mes parents me fassent mes tartines.

J’y vais si j’ai envie de mettre la main à la pâte, de me débrouiller tout seul, de découvrir que je suis capable de réussir et de survivre loin de la maison.

J’y vais pas si pour moi la musique c’est forcément un truc qu’on écoute tout seul dans son coin.

J’y vais si je veux chanter fort, faux ou juste, mais du matin au soir et avec les autres, et peut-être m’initier à la guitare ou au djembe.

J’y vais pas si pour moi la seule chose importante dans la vie c’est d’être le plus riche, le plus fort ou le mieux habillé.

J’y vais si je suis curieux d’en savoir un peu plus sur ce Jésus et ses amis.

J’y vais pas si j’ai peur des fourmis, du noir, ou qu’on se moque de moi.

J’y vais même si j’ai un peu peur, parce que je fais confiance à tous ceux qui disent que la Cité c’est super.

J’y vais pas si je pense que les autres sont toujours idiots ou méchants.

J’y vais si j’ai envie de me faire des amis pour la vie.

Je n’hésite plus: je sais pourquoi je veux y aller!

 

pyramide

cof

 

Partager sur : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone