• publié le 10 août 2017
Le 1er camp à Notre Dame de l’Ouÿe

Six mois après son ouverture, Notre Dame de l’Ouÿe a organisé son 1er camp, en juillet, pour 40 collégiens et lycéens parisiens.

Notre Dame de l’Ouÿe est le nouveau lieu d’accueil  du diocèse de Paris.
Il est situé en région parisienne près de Dourdan, et est  destiné aux jeunes, aux familles, aux paroisses, et aux établissements d’enseignement catholique.

Un des objectifs de Notre Dame de L’Ouÿe est de proposer aux paroisses qui ont peu de moyens de profiter d’un lieu d’accueil déclaré et de l’expérience d’une directrice diplômée. Celle-ci peut accompagner les jeunes encadrants dans leur formation à l’animation pour qu’ils puissent ensuite être porteurs de projets au sein de leur paroisse.

 Notre Dame de l’Ouÿe a organisé son 1er camp,  du 7 au 13 juillet 2017, qui accueillait 40 collégiens et lycéens, venant de trois paroisses ou accueil de loisirs de l’est parisien.  Ces jeunes étaient accompagnés par 4 prêtres, 2 responsables d’aumônerie , 1 responsable d’accueil de loisirs et des animateurs diplômés ou non.

Ce séjour, déclaré à la DDCS (ex Jeunesse et Sports), était dirigé par Jocelyne Nachbauer, responsable permanente des activités pour les adolescents à Notre Dame de l’Ouÿe. Son expérience antérieure de direction d’une maison de jeunes et son BAFD  lui ont  permis d’encadrer ce premier camp inter-paroisses.

 

Les enjeux d’un camp groupé

Ce camp regroupait  les aumôneries Saint-Germain de Charonne (Paris 20ème) et Saint-Joseph des Nations  (Paris 11ème), et l’accueil de loisirs « Jeunesse de Saint-Vincent de Paul » (Paris 10ème).
Bâtir le projet pédagogique en commun était essentiel pour que cela puisse fonctionner sur place.
Jocelyne et les animateurs des 3 paroisses se sont donc  mis au travail dès le mois de janvier, et se sont réunis plusieurs fois.
Si chaque groupe avait choisi un thème différent (Saint François d’Assise, les chemins de Saint Paul et  Léonard de Vinci), les animateurs devaient toutefois connaitre les différents enjeux éducatifs et les choisir ensemble. La rédaction du projet pédagogique a été long à prendre forme en raison de la diversité des groupes et des projets respectifs. Jocelyne devait laisser une liberté à chaque groupe tout en assurant la cohésion de tous.
Autres objectifs de ce camp groupé : Réussir à faire vivre ensemble 3 groupes de jeunes issus d’aumônerie ou de centre de loisirs de 3 arrondissements différents, faire vivre aux jeunes des temps spirituels forts, rendre les jeunes acteurs de leurs vacances et développer leur prise d’initiative et de responsabilité, à travers les choix qu’ils ont eu à faire tout au long du séjour.
Le 1er grand jeu en commun a permis de faire tomber les barrières aussi bien entre les jeunes qu’entre animateurs. Jocelyne  en tiendra compte dans son organisation, l’année prochaine et le prévoira au début du camp.
Une grande mixité religieuse règne dans ce camp, et les propositions doivent donc être adaptées à tous.
Pour permettre à tous les  jeunes de vivre des temps spi quotidiens, plusieurs propositions sont faites : Une messe pour ceux qui le souhaitent, et pour les autres, le choix d’ un atelier « spi ». Parmi les thèmes proposés : les grandes figures de saints, prier le chapelet, méditation, débat/causerie.

 

Les activités proposées, la vie quotidienne

  • Les activités :

Le matin, elles ont lieu en commun pour les 3 groupes. Une dizaine d’ateliers sont  proposés et les jeunes choisissent chaque jour un atelier.

L’après-midi, chaque groupe organise son activité. Ainsi, pendant que certains préparent le spectacle de la veillée, d’autres font une grande balade en forêt. Ce sont parfois les jeunes qui sont chargés du choix et  de l’organisation de l’activité, les animateurs étant là pour encadrer et assurer la sécurité.

Le cuisinier de Notre Dame de l’Ouÿe a également proposé d’animer un atelier « cuisine » : il a fait confectionner aux jeunes le goûter et le dessert pour tout le monde. Ce fut un moment particulièrement apprécié, les jeunes étaient fiers de leur travail et le cuisinier ravi de transmettre son savoir.

Tous les soirs une relecture de la journée a lieu. Cela  permet aux jeunes d’être ancrés dans leur journée, dans leur histoire. Ils peuvent ainsi revoir ce qui s’est passé  (de bien ou de mal) et y réfléchir. Ils doivent ainsi argumenter sur ce qu’ils ont vécu et c’est aussi pour eux un exercice d’expression orale et d’enrichissement de leur vocabulaire.

  • Les jeunes participent également à la vie quotidienne : balayer, ranger sa chambre, faire son lit, mettre la table, débarrasser, assurer le service, gérer son repas, apprendre à se servir et à se resservir en fonction de son appétit et apprendre ainsi à ne pas gaspiller

Beaucoup ont découvert ces gestes quotidiens qu’ils ne font pas chez eux pour des raisons d’organisation familiale ou pour des raisons « culturelles ».

Le lieu est suffisamment vaste pour accueillir différents groupes dans l’abbaye, aussi bien en intérieur qu’en extérieur.

Les jeunes, issus pour la plupart de familles en  difficulté, ont apprécié l’hôtellerie et la restauration de qualité.

Ils ont aussi bénéficié d’une semaine hors de Paris (la seule de l’été pour beaucoup), et certains ont même découvert les promenades en forêt.

Tous sont d’accord pour renouveler l’expérience l’année prochaine.

P1000058 P1000052 P1000048

Partager sur : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone