• publié le 5 juillet 2018
Comment une équipe d’animation  affronte une longue période de travaux ?

En juin 2017, la Maison des Jeunes de Saint Vincent de Paul a investi  le 1er étage de l’église, le presbytère et l’école privée du quartier pour laisser place aux pelleteuses et aux grues et attendant une nouvelle maison prévue pour septembre 2019.

Nous avons rencontré l’équipe d’animation pour qu’elle partage ses difficultés mais aussi la richesse inattendue de cette période.

Les difficultés liées à un déménagement

Stéphanie, responsable des ados, a ressenti une grande perte d’appartenance quand elle a dû quitter la maison des jeunes où se déroulaient toutes les activités.  Une bonne partie de l’équipe a d’ailleurs ce même sentiment qui a été renforcé par l’intégration de locaux provisoires peu adaptés avec des activités dispersées sur différents lieux.

D’autres inconvénients apparaissent avec la délocalisation des activités sportives : il faut transporter chaque jour le matériel sur les terrains de sport à 20mn en métro puis il faut savoir faire preuve de fermeté et de diplomatie pour pouvoir jouer sur le terrain de foot qui est régulièrement squatté par d’autres jeunes. De nombreux jeunes notamment chez les plus petits et chez les filles ne se sont pas réinscrits cette année.

Globalement, toutes activités confondues, l’association a noté une diminution de 15 à 20% des effectifs.

Abdel, responsable sport au sein de la Maison des Jeunes, confie qu’avec la délocalisation des activités sportives, les contacts avec les familles se sont considérablement réduits. En effet, n’ayant plus de lieu d’accueil, les rendez-vous se donnent dans la rue avant de partir sur les terrains de sport et donc pas de possibilité d’échanger et de prendre du temps avec les parents.

Les heureuses surprises

Ce qui est un inconvénient pour certains peut être un avantage pour d’autres. Ainsi, Priscille, responsable des activités de loisirs et d’aide aux devoirs, a accru/ développé  les liens avec les familles. La nouvelle configuration des locaux lui impose d’être à la porte pour surveiller les entrées et les sorties des enfants. De ce fait, elle assure une présence physique et permanente chaque jour. Elle a ainsi multiplié les contacts avec les parents et a pu en rencontrer de nouveaux.

Afin de maintenir les liens avec les familles, il existe un lieu : « la cabane »  installée derrière les grilles de l’église. Cette cabane a une vraie utilité pour l’accueil des parents  et elle attire également les enfants. C’est cependant une contrainte pour l’équipe qui doit y assurer des permanences tous les jours, matin ou après-midi.

Un autre aspect positif qui a surpris l’équipe d’animation : les salles du presbytère avec les boiseries, le parquet, les luminaires ont un aspect solennel qui favorise calme et respect chez les enfants de l’aide aux devoirs. L’équipe d’animation compte bien prendre en compte ce critère lors de l’aménagement des futures salles réservées à l’aide aux devoirs dans la nouvelle Maison afin de leur donner ce côté apaisant.

Parmi les bénéfices ressentis, tous s’accordent pour dire que cet accueil provisoire dans ces locaux a permis de tisser davantage de liens avec le curé, la paroisse et les responsables de l’école. Tout le monde est compréhensif, bienveillant et les relations sont fluides.

Un autre groupe s’est révélé lors de ce grand changement : les bénévoles de l’aide aux devoirs. Alors que ces personnes étaient inquiètes par les bouleversements possibles, une fois le projet adopté, toutes se sont lancées dans l’aventure avec beaucoup d’enthousiasme, sont « montées dans le bateau » et sont maintenant très soutenantes avec un grand souci des enfants et un attachement fort à la Maison des Jeunes.

Le dernier mot de l’équipe

Avec 9 mois de recul, l’équipe d’animation est d’accord pour dire que ces changements provisoires ont permis en bousculant les habitudes, de porter un autre regard sur ce qui se faisait et ainsi avoir de nouvelles perspectives sur ce qui va être mis en place dans la nouvelle Maison des Jeunes.

Cécile, directrice de l’association, explique que l’équipe d’animation a choisi de maintenir au maximum les propositions d’activités habituelles pour que les enfants et les familles puissent continuer à en bénéficier malgré les travaux. Cela demande beaucoup d’adaptation et d’implication à l’équipe d’animation.

La 2ème année de travaux qui s’annonce ne verra pas de grands bouleversements ; l’équipe va s’attacher désormais à préparer le ré-emménagement  pour septembre 2019 et à travailler le nouveau projet éducatif : c’est l’occasion de dépoussiérer ce qui existait et de mettre en place un mode de fonctionnement adapté aux nouvelles réalités.

P1000509 P1000512

 

 

Partager sur : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone